Tanins et colorants végétaux : 160 ans d’expertise chez SCRD

Portrait d’Adhérent – SCRD

Installée depuis 1862 au Havre, l’entreprise SCRD est spécialisée dans les tanins et colorants 100% naturels. Un choix historique, écoresponsable et durable.  

François Raoul-Duval - Dirigeant de l'entreprise SCRD

« Notre premier métier est de produire des formulations d’extraits végétaux pour la tannerie » explique François Raoul-Duval, dirigeant de l’entreprise SCRD. « Nous travaillons à partir de tanins végétaux comme le sumac, le quebracho, la tara, le myrobolam, le mimosa tannant, la noix de Galle, le chataîgnier, etc.» Les équipes de SCRD élaborent leurs formulations en fonction du cuir désiré par leurs clients. Selon les extraits utilisés, le cuir aura des caractéristiques différentes : couleur, souplesse, épaisseur, apparence, résistance à l’eau… « Nos produits permettent d’obtenir des cuirs très spécifiques destinés à l’automobile, la maroquinerie, l’ameublement, l’industrie de la chaussure… Plutôt sur les milieux et haut-de-gamme. Toutes les grandes marques de luxe sont clientes chez les tanneurs que nous fournissons. »

« Nous sommes également spécialisés dans les colorants végétaux. Nous en proposons 3 sur lesquels nous avons une quasi exclusivité mondiale : le bois de campêche, le bois jaune et le bois rouge. Ils sont tous les 3 sourcés en Amérique Centrale. Nous avons  une plantation au Nicaragua pour en assurer le renouvellement. » Ces colorants végétaux sont utilisés dans des domaines aussi variés que le textile, la cosmétique ou la coiffure… L’extrait de campêche, « Notre best-seller », riche en hématoxyline, trouve quant à lui des utilisations dans le monde de la chimie, de la biologie et du médical, « il sert notamment à colorer les fils chirurgicaux et, en biologie, les cellules malades. »

Une voie d’avenir

Enfin, SCRD développe une troisième activité, elle aussi, 100% végétale : la PME plante et exploite l’acacia nilotica au Burkina Faso. « Nous avons déjà planté 500 000 arbres et continuons à raison de 200 000 arbres par an » poursuit François Raoul-Duval. « Cela fait partie de notre stratégie de développement durable : nous ne sommes pas propriétaires des terres, nous fournissons des plants aux populations locales qui, au bout de trois ans, nous revendent les fruits produits. C’est un moyen de lutter contre la désertification et la pauvreté au Burkina, tout en nous assurant l’accès à un produit dont nous avons besoin. Cet acacia est à la fois un tanin et un conservateur naturel. »

L’objectif à long terme ? Développer un conservateur 100% naturel. « Nous voulons développer un produit naturel très efficace sans être trop cher, mais cela nécessite beaucoup de travaux de recherches en chimie… Nous savons sourcer ce produit et sommes ouverts à de potentiels partenariats pour nous aider à avancer dans la recherche. Nous sommes convaincus que c’est un produit d’avenir ! » L’appel est lancé.

Pourquoi adhérer au Pôle IAR ?

« Nous avons un des meilleurs réseaux au monde pour sourcer certaines matières premières végétales, mais nous n’avons pas l’expertise et les moyens matériels suffisants pour aller dans la chimie fine. Je suis convaincu qu’il y a au sein de l’écosystème IAR, des adhérents avec qui développer des partenariats pour avancer sur certains de nos projets. »

0

Start typing and press Enter to search