Retour sur la Journée Technique « quels matériaux biosourcés pour les applications ferroviaires » organisée par IAR

Matinée dédiée aux présentations

IAR, le Pôle de la Bioéconomie, avec l’appui d’i-Trans, Pôle répondant aux enjeux des transports innovants, a organisé le 13 décembre 2018 à Paris une journée technique dédiée à la filière ferroviaire et à l’intégration de matériaux biosourcés, dans l’objectif de faire un état des lieux de l’utilisation de ces matériaux, de fournir les clés de compréhension dans ces deux domaines et également, de créer de nouvelles opportunités de business afin de poursuivre la dynamique de développement de solutions de ce type et atteindre leur mise sur le marché.

Cette journée a rassemblé 60 participants.

À noter que cette journée s’est inscrite dans la Stratégie bioéconomie pour la France et son plan d’action 2018-2022, Axe 3 : mettre en place des conventions d’affaires entre producteurs de bioressources et industriels, pour lequel IAR est identifié comme pilote.

 

Les messages clés de cette journée

Les conférences, le networking et les rendez-vous B2B entre acteurs du ferroviaire et acteurs de la filière matériaux biosourcés ont permis de confirmer à la fois :

  • l’intérêt porté pour l’emploi de composites biosourcés à destination notamment de pièces structurales et semi-structurales,
  • la disponibilité en volume nécessaire des solutions biosourcées (avec plusieurs annonces concernant des nouvelles unités en cours de mise en place),
  • les propriétés clés supplémentaires apportées par les matériaux biosourcés.

Les discussions et échanges ont porté sur un certain nombre d’avancées et observations techniques, tels que :

  • l’accroche fibres/matrice améliorée par la formulation et la fonctionnalisation,
  • l’hydrophilie des fibres végétales, aujourd’hui maitrisée par le savoir-faire des acteurs via des procédés et bonnes pratiques adaptés à chaque cas,
  • la flexibilité et le panel des solutions qui permettent de dimensionner au plus juste les pièces pour répondre aux cahiers des charges.

Les exemples d’utilisation de matériaux biosourcés dans l’automobile ou encore l’aéronautique ont montré la compétitivité des solutions adoptées. L’emploi de ces nouveaux référentiels a permis d’optimiser les coûts sur l’ensemble du périmètre de production, se traduisant soit par la suppression d’une étape de process, soit par la diminution du temps de réalisation d’une pièce.

Rendez-vous B2B                                                                                                                                                                                                                                                                                          

Les conférences en quelques mots

SNCF Innovation & Recherche a réalisé un panorama des matériaux utilisés à SNCF Réseau et SNCF Mobilités et a évoqué les enjeux et contraintes pour un gestionnaire de réseau et un exploitant ferroviaire.

Stratiforme a présenté le développement d’une version « Green » de panneaux modulaires multi-fonctions Isolaform.

Le Crepim (laboratoire européen de développement et de validation des matériaux pour les secteurs concernés par la sécurité incendie) a rappelé les normes feu/fumée appliquées au marché du ferroviaire, et a présenté des exemples d’essais réussis pour des pièces biosourcées.

IAR a présenté la dynamique actuelle des matériaux biosourcés (axes d’innovation, marchés concernés), avec un focus sur les projets portant sur le développement de pièces biosourcées à destination du marché du ferroviaire.

Renault a témoigné sur l’intégration réussie de pièces biosourcées sur plusieurs de ses modèles actuels et a expliqué les raisons de cette adoption de ces nouveaux référentiels.

Eco-Technilin (leader européen pour la fourniture de produits non tissés aiguilletés à base de fibres naturelles) a fait le panorama des utilisations actuelles de ses solutions (modèles de véhicule automobile et aéronautique), en expliquant les clés du succès de ces intégrations.

La société de recherche FRD (Fibres Recherche et Développement) est intervenue sur les résultats de projets (FINATHER, SINFONI) qui ont porté sur le développement de pièces composites destinées au ferroviaire, et notamment le développement et la production d’une cabine de train élaborée à partir de renforts fibres naturelles qui a démontré les capacités d’utilisation de ces matériaux pour près de 95% des applications ferroviaires.

Le groupe Depestele (acteur de la transformation du lin) a présenté les résultats du projet Life FARBioTY – Fire and Ageing Resistant Biocomposite for Transportation industrY.  Ce projet vise à valider l’utilisation de fibres de lin en tant que renforts dans des pièces composites pour le ferroviaire.

0

Tapez vos mots clés de recherche puis appuyez sur Entrer