Protex International : pour des partenariats innovants dans le domaine des additifs biosourcés

Portrait d’Adhérent – PROTEX INTERNATIONAL

Protex International fêtera ses 90 ans l’année prochaine. Spécialisée dans le domaine des additifs chimiques de spécialité, l’entreprise s’oriente vers une chimie de plus en plus verte et met son expérience et son expertise au service de l’innovation.

« Nous fabriquons des additifs utilisés dans de nombreux domaines industriels » explique Simon Malandain, Directeur des partenariats technologiques du Groupe. « L’entreprise, fondée en 1932, était au départ spécialisée dans les produits auxiliaires pour le textile. Depuis, notre activité s’est diversifiée et a bien évolué, puisque nous proposons des produits utilisés dans les peintures, les adhésifs, le papier… »

Si l’entreprise propose déjà quelques produits biosourcés comme des additifs anti-mousse (issus d’huiles végétales) ou des séquestrants (issus du glucose), elle souhaite poursuivre son développement dans cette voie : « Nos clients nous demandent de plus en plus des produits issus de ressources renouvelables, mais la question du prix reste toujours déterminante. Nous avons développé des produits biosourcés que nos clients ont finalement refusé. Nos additifs représentent une petite partie du produit fini, entre 1 et 3%. Nous aimerions pousser certaines innovations de rupture, mais notre position dans la chaîne de valeur ne nous le permet pas… Seules des transformations du cadre réglementaire permettraient des changements de fond. »

Une adaptation anticipée

Protex International anticipe donc ces futures transformations réglementaires : « Nous devons nous adapter, anticiper, pour être prêts au bon moment. »

Protex International propose de mettre son expérience et son expertise au service de projets innovants. « Nous souhaitons identifier des start-up intéressantes pour nos activités et les accompagner dans une démarche partenariale. Notre entreprise peut apporter ses 90 années d’expérience. Nous sommes en mesure d’aider une start-up à évaluer si sa technologie est pertinente. Nous connaissons suffisamment les marchés pour rapidement savoir s’il existe, ou non, des débouchés industriels. Nous avons également l’infrastructure et l’expertise nécessaires pour tester des principes actifs issus de ressources renouvelables. Enfin, notre outil industriel peut accompagner la montée en échelle de ces procédés. »

Et Simon Malandain de conclure : « Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour que la chimie devienne plus verte, plus biocompatible. Nous sommes prêts à cette nécessaire adaptation et ouverts aux partenariats innovants. »

Pourquoi adhérer au Pôle IAR ?

Nous adhérons depuis deux ans au Pôle IAR. Les Pôles de compétitivité sont de bons relais pour développer des partenariats avec des acteurs des mondes académique ou industriel. La chimie deviendra de plus en plus « verte ». Notre entreprise s’adapte et se prépare à cette évolution. Le moment venu, il sera nécessaire de faire partie des bons réseaux, d’avoir les bons contacts. L’adhésion au Pôle nous permet également de faire de la veille technologique.

0

Start typing and press Enter to search