Deasyl : pour des procédés écologiques et profitables

Portrait d’Adhérent – Deasyl

Créée en 2017 et installée à Genève, Deasyl est une start-up ambitieuse, convaincue que la chimie verte représente l’avenir de la chimie. A condition de la rendre économiquement concurrentielle.

Salima Fassi

« Chez Deasyl nous sommes convaincus que la chimie verte est l’avenir de la chimie, c’est une transition inévitable et nécessaire » explique Salima Fassi, vice-présidente de Deasyl. « Nous développons des procédés, visant à remplacer les procédés polluants dans l’industrie de la chimie (pétrochimie et chimie fine), tout en étant économiquement viables. Ce qui est bien sûr un impératif. Notre business model est axé sur la vente de nos brevets à des industriels de ce secteur. » Parmi les projets les plus avancés, Deasyl détient un brevet pour la fabrication d’un biodiésel « sustainable », en phase d’industrialisation grâce au soutien de fonds Suisses. « Notre produit se démarque des autres, qui s’appuient sur des procédés complexes, longs, gourmands en énergie, et qui ne  sont profitables que sur de très gros volumes de production. Notre solution permet de transformer des huiles usées en biodiesel à température ambiante, en utilisant un catalyseur circulaire.  Notre solution est profitable même pour de petits volumes. L’idée est donc de créer des petites unités de production au plus près des besoins, et de réduire aussi tous les coûts liés à la chaîne logistique » poursuit Salima Fassi. De nombreux contacts ont été noués avec des industriels « au Portugal, aux Émirats Arabes Unis, ainsi qu’avec l’association des producteurs de biodiésel aux Etats-Unis. »

D’autres brevets sont actuellement en cours d’élaboration (Solketal, C-glycoside, Vanilline…) afin de diversifier l’activité de la start-up.

Forte d’une vingtaine d’ingénieurs et de chercheurs, Deasyl travaille en open innovation « nous avons établi des partenariats avec des universités comme Polytechnique Montréal, Chimie Paris Tech ou l’université Jules Verne d’Amiens, avec qui nous travaillons sur un C-glucoside biosourcé… Nous élargissons ainsi les champs de compétences de Deasyl dans l’objectif de développer des solutions innovantes et écologiquement vertueuses.»

L’objectif de Deasyl est clair et ambitieux : « nous voulons remplacer la chimie pétrosourcée par la chimie biosourcée.  Nous développons des solutions peu gourmandes en énergie, nous recyclons les déchets de nos productions, comme le glycérol issu de la production de notre biodiésel que nous transformons en Solketal par exemple. Nous proposons ainsi aux industriels des solutions à fort impact environnemental et économiquement rentables. Deux conditions pour intéresser le monde de l’industrie. »

Pourquoi adhérer à B4C ?

Nous adhérons au Pôle B4C pour être au plus près des innovations de la bioéconomie. Nous participons régulièrement aux événements organisés par le Pôle. Le réseau d’adhérents favorise les contacts avec de potentiels futurs clients ou futurs partenaires. Enfin, nous profitons également des communications régulières qui nous permettent d’être informés des actualités du monde la bioéconomie.

0

Start typing and press Enter to search