Coup de projecteur sur nos nouveaux adhérents !

Depuis juillet 2019, neufs nouveaux adhérents ont choisi de faire confiance au pôle IAR et ils nous expliquent pourquoi !

La parole à…
Florent Héroguel, cofondateur et directeur des opération chez Bloom Biorenewables :

« C’est d’abord la sympathie de l’équipe du Pôle qui a permis d’établir un premier contact lors du Plant Based Summit 2019 à Lyon. C’est ensuite la pertinence des services proposés qui m’a convaincue de formaliser notre interaction par l’adhésion au Pôle. Tout en étant conscient du fort potentiel de notre procédé et savoir-faire, nous n’avons pas la prétention de s’attaquer seuls au défi majeur de la transition vers une bioéconomie. Notre objectif principal est de renforcer notre réseau de partenaires R&D afin d’établir des projets bilatéraux et de construire des consortiums pour des appels de fonds européens. »

 

 

 

A propos de Bloom Biorenewables :

Bloom Biorenewables Sàrl est une jeune entreprise Suisse. En collaboration avec l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne, Bloom a développé une solution disruptive pour la production de matériaux bio-basés durable et compétitive, aujourd’hui à l’échelle de 100 litres. Alors que les modèles actuels de bioraffinerie sont peu efficaces, Bloom isole et valorise chaque fraction (cellulose, hémicellulose et lignine) grâce à une stratégie de stabilisation de la lignine lors de son extraction de la biomasse lignocellulosique. Bloom a établi un réseau de partenaires publiques et privés à travers l’Europe pour développer des produits innovants à partir de chacune de ces fractions. Entre autres, la cellulose de haute qualité est transformée en fibres textiles ou en nanocelluloses, et la lignine non condensée est incorporée dans des matériaux ou convertie en molécules aromatiques avec des rendements sans précédent pour l’industrie des parfums.

Bloom à l’ambition de faire de la biomasse une vraie alternative au pétrole et est ouvert à de nouveaux partenariats pour la mise à l’échelle du procédé et le développement de nouvelles applications.

 

La parole à…
Michel Sitter, Président et Paul Ferreira, Directeur Général chez SA COLOR :

« Notre action s’est toujours basée sur l’accompagnement technico-scientifique de nos clients. Notre laboratoire est enregistré par le Ministère de la Recherche, c’est-à-dire que les frais correspondants aux travaux que nous engageons pour un industriel peuvent être pris en compte dans le crédit impôt recherche de l’industriel. Notre entreprise est en fait un laboratoire auquel est associé une capacité de production permettant de produire les composants spécialement conçus.
Nous recherchons et construisons constamment des collaborations de développement sur des projets industriels dont le niveau de maturité technologique s’étend de 3 à 8. Nous avons découvert l’action du Pôle IAR lors d’une journée de présentation des possibilités de monter des projets européens.
Nous avons participé à des projets nationaux et européens. Le pôle IAR est pour nous une excellente opportunité pour conjuguer le potentiel des propriétés mal identifiées et sous-utilisées des végétaux avec une ouverture internationale, ces deux domaines pouvant être liés par le biais de l’innovation.
L’ouverture internationale du Pôle, notamment au Brésil où nous sommes en train d’établir une filiale, sera une opportunité pour construire des partenariats de recherche et de développement dans ce pays.
Le positionnement clair du Pôle IAR sur ces points a été un des déclencheurs décisifs dans notre décision d’adhésion au Pôle IAR. »

A propos de SA COLOR :

SA COLOR qui a fêté ses 25 ans en 2018 déploie son savoir-faire sur trois secteurs : l’alimentation humaine et animale, la cosmétique et l’industrie. A l’origine, la propriété principale proposée était la couleur. Pour accompagner les démarches de progrès des clients industriels, SA COLOR a peu à peu agréger d’autres propriétés à leurs produits. Ainsi SA COLOR propose aujourd’hui des ingrédients multifonctionnels qui ont par exemple et, entre autres, comme propriétés : tenue à l’oxydation, capacité de recouvrement améliorée, filtrabilité, pas de pulvérulence, moins de métaux lourds, capacité à colorer des matrices, compatibilité avec de nombreuses matrices, etc. Le SA de SA COLOR signifie clairement Smart Applications. Ces composants à hauts contenus techniques et fortes valeurs d’usage permettent à SA COLOR d’être très présent à l’international, avec plus de 60% de CA à l’export.

 

La parole à…
Clément Bénassy, COO de Néolithe :

« Nous avons adhéré au pôle IAR pour développer notre activité au sein de l’agro-industrie. En effet, nous traitons n’importe quel type de déchet et cherchons à rencontrer des acteurs qui ont des déchets peu valorisables aujourd’hui. Pour les rencontrer nous avons participé aux 24h du pôle et nous ne sommes pas déçus ! Nous avons vu beaucoup d’industriels qui ont des besoins et avec qui nous sommes en discussion pour tester le traitement de leurs déchets avec notre process. Nous sommes aussi en discussion avec plusieurs investisseurs pour financer notre développement. »

 

 

 

 

A propos de Neolithe :

Néolithe veut réduire les émissions de gaz à effet de serre en s’attaquant à un problème qui nous concerne tous : le traitement des déchets.

A ce jour, il n’existe que deux modes de traitement pour les déchets non-recyclables : l’incinération et l’enfouissement. Malgré de nombreux efforts faits ces dernières années, ces procédés restent intrinsèquement polluants et ne s’inscrivent pas dans des objectifs du développement durable.

Depuis un an, Néolithe propose une nouvelle solution : transformer les déchets en pierre ! Grâce à un nouveau procédé de fossilisation les rendant complètement inertes, nous traitons ces déchets avec 6 fois moins d’émission carbone. En s’implantant sur toute la planète, nous réduirions de 5% les émissions mondiales de gaz à effet de serre !

Néolithe traite tout type de déchets peu valorisables aujourd’hui : les ordures ménagères, les boues polluées, les coproduits agricoles peu valorisables, les semences déclassées, les déchets du BTP… Les pierres issues de la transformation sont utilisables comme gravier dans les sous couches de routes et ont exactement les mêmes propriétés que les graviers actuels.

Le projet existe depuis un an et est porté par Nicolas Cruaud, étudiant en dernière année à l’Ecole Polytechnique et Clément Bénassy, étudiant en dernière année à AgroParisTech. L’idée de la technologie vient du père de Nicolas, maçon-tailleur de pierre depuis 40 ans. En voyant la faisabilité et le potentiel du projet, il a été décidé qu’il serait poursuivi en start-up début 2019. Après plusieurs années de développement en laboratoire, le projet passe en pré-industrialisation en juillet 2019.

 

La parole à…
Antoine Mialon, PhD, Application Team Leader chez MetGen Oy :

« MetGen est une entreprise finlandaise commercialisant des solutions enzymatiques et des procédés de valorisation de la biomasse dans les domaines de l’industrie papetière, des sucres de seconde génération, de la transformation de la lignine et le nettoyage des eaux usées. Intégrer le pôle IAR et bénéficier d’un contact direct avec les membres de ces secteurs d’activité présente un avantage important pour une PME telle que MetGen. La rapidité d’interaction et la variété des membres du pôle IAR seront certainement des catalyseurs d’innovation et des tremplins pour les ‘’success stories’’ que MetGen compte écrire avec ses collaborateurs. MetGen espère pouvoir développer, au sein du pôle IAR, des projets commerciaux mais aussi des projets de recherches fondamentales pour développer de nouvelles applications pour les solutions enzymatiques. »

A propos de Metgen :

MetGen (fondée en 2008) est une entreprise basée à Kaarina, Finlande. MetGen est actuellement financée par des investisseurs en capital-risque. Les solutions enzymatiques produites (MetZyme®) sont des catalyseurs biologiques naturels, hyper actifs et disponibles à échelle industrielle. MetGen utilise les outils d’ingénierie génétique et de microbiologie pour adapter ses produits aux conditions extrêmes de l’industrie afin de valoriser des substrats lignocellulosiques.

MetGen a inventé une technologie disruptive (ENZINE®)  afin de développer ses MetZyme® pour l’industrie. Les enzymes et les technologies développées sont protégées par des brevets internationaux afin d’être produites, commercialisées et de répondre aux objectifs stratégiques de l’entreprise.

MetGen a prouvé son efficacité à échelle industrielle lors d’essai en usine dans des secteurs industriels en pointe (industrie de la valorisation du bois et des produits chimiques bio-renouvelables). L’entreprise a pour but d’être reconnue à grande échelle comme producteur de solutions enzymatiques avec un réel impact sur l’économie durable des processus industriels (industrie papetière, biocarburants et produits chimiques dérives de substrats lignocellulosiques).

 

La parole à…
Philippe Pebay, CEO de Zymoptiq :

« Zymoptiq proposant une solution innovante, clé en main et générique de mesure et de caractérisation des enzymes, il est donc naturel pour nous d’adhérer au pôle IAR qui est le réseau de référence pour les acteurs de la bioéconomie. En effet, la question enzymatique est au coeur des enjeux stratégiques de la transformation de la biomasse parmi les différents adhérents du Pôle. Il est primordial de pouvoir bénéficier d’un espace d’échange pour proposer notre technologie et répondre ainsi au mieux aux besoins industriels en matière de mesure et caractérisation des enzymes et de leurs procédés associés. »

 

 

 

A propos de Zymoptiq :

Pour répondre aux enjeux industriels stratégiques de compréhension et d’optimisation des mécanismes enzymatiques, ZYMOPTIQ propose une technologie très innovante qui démocratise la caractérisation et simplifie la mesure des enzymes.

ZYMOPTIQ est une startup issue de travaux scientifiques du CNRS et s’appuie sur les micro-technologies pour proposer une approche disruptive de la mesure d’activité enzymatique.

Cette technologie s’incarne à travers 2 produits brevetés.

Le premier produit est un outil de criblage et de mesure analytique d’activité enzymatique à très haute performance, très haut débit, rapide, facile à mettre en œuvre et avec un coût de mesure réduit.

Le deuxième produit est un outil de mesure in situ, très simple, rapide et sans équipement de laboratoire. Ce produit permet par exemple des contrôles qualité ou des mesures directes sur ligne de production par des personnes sans compétence particulière.

ZYMOPTIQ propose sa technologie sur un catalogue de différents capteurs enzymatiques pour mesurer des activités enzymatiques variées. Cette technologie peut également être développée pour des capteurs enzymatiques à façon afin de mesurer des activités enzymatiques nouvelles ou spécifiques.

 

La parole à…
Dr Alina Ghinet, responsable du Laboratoire de Chimie Durable et Santé & Dr Muriel Billamboz, enseignant-chercheur au Laboratoire de HEI-Yncréa-Hauts-de-France :

« De nombreux sujets développés au sein du Laboratoire recoupent les intérêts du pôle IAR et de ses adhérents : synthèse de biomolécules, dépollution des sols, synthèse de principes actifs biosourcés utilisés en santé au sens large (fongicides pour peintures et vernis, antibactériens, stimulateurs de défense des plantes, pesticides…) Grâce à notre adhésion à l’association Industries & Agro-Ressources, nous espérons faire connaître notre laboratoire et ses activités et promouvoir de nouvelles collaborations pour le montage et la maturation de projets. L’outil de veille technologique sur les besoins et innovations dans le secteur de la bioéconomie nous semble également un atout majeur du Pôle. »

 

A propos de HEI-Yncréa-Hauts-de-France :

Le Laboratoire de Chimie Durable et Santé, groupe de recherche au sein de l’école d’ingénieurs généralistes HEI-Yncréa-Hauts-de-France, s’intéresse à la valorisation des agro-ressources pour des applications en santé humaine, végétale et à des fins de protection de l’environnement. Bien que d’autres ressources soient étudiées, l’équipe HEI a une expertise reconnue dans la chimie de l’acide pidolique (acide pyroglutamique), une molécule issue de la mélasse de betterave sucrière. Le laboratoire dispose d’une infrastructure propre (18 hottes, 260 m2 de laboratoire, RMN 400 MHz dédiée, H-cube, sonificateur, système de synthèse en parallèle…) et d’une chimiothèque propre d’environ 3500 molécules, disponibles à la demande.

 

La parole à…
Tony Duncan, Directeur de Circa Sustainable Chemicals Ltd :

« Nous sommes en relation avec le pôle IAR depuis de nombreuses années. Etant la référence Européenne dans le secteur de la bioéconomie, nous avons finalement décidé d’y adhérer afin de profiter de ses services, notamment en matière de mise en relation et d’accompagnement au montage de projet. »

 

 

 

 

 

 

 

A propos de Circa Sustainable Chemicals Ltd :

Circa Group est une compagnie australienne qui a développé un procédé continu permettant la production selective à partir de la sciure de bois de la lévoglucosénone – une molécule plateforme chirale. A partir de ce synthon bio-sourcé, Circa produit et développe un portfolio de produits innovants dont un nouveau solvant dipolaire aprotique vendu sous la marque déposée CyreneTM.

Circa dispose d’une unité de démonstration d’une capacité nominale de 50T/an de lévoglucosénone/Cyrene, construit dans le cadre d’une JV avec le groupe papetier norvégien Norske Skog.

0

Tapez vos mots clés de recherche puis appuyez sur Entrer